Écoute-moi bien de Nathalie Rykiel

Écoute-moi bien de Nathalie Rykiel

« Écoute-moi bien », voilà l’invitation d’une fille à sa mère. « Écoute-moi bien à travers ce portrait, cette déclaration d’amour, cette lettre d’au revoir que je te fais » semble dire Nathalie à sa mère Sonia Rykiel.

Courageuse, indépendante, avant-gardiste et mère.

Quoi de plus personnel que de coucher sur papier ses pensées et souvenirs d’une mère sur le point de nous quitter ? Et pourtant il n’est pas difficile d’imaginer que « l’exercice » devient délicat lorsqu’il s’agit de narrer une figure publique, icône de la mode mondialement connue…

nathalie et sonia rykiel Écoute-moi bien

En effet, Sonia Rykiel qui a ouvert sa maison en 1968, s’est fait connaître avec ses tricots et rayures. En quarante ans de créations, elle a fait souffler sur la mode un vent de liberté.

Écoute-moi bien ne met pas pour autant le lecteur lambda dans une position voyeuriste. Nathalie Rykiel réussit à transmettre des émotions universelles tout en force et délicatesse.

Elle y dépeint la relation si spéciale qui les lie l’une à l’autre, en tout sincérité. Dans la forme, si le manque de ponctuation peut tout d’abord surprendre, on se laisse emporter par le tourbillon des souvenirs dévoilés au rythme des pensées de son autrice. Écrire pour continuer à lui parler, pour se souvenir, ne pas oublier. Écoute-moi bien est plein de cette urgence, de cette évidence, de cette énergie. Un texte pour faire le deuil mais avant tout un texte sur la vie et la transmission.

Pourtant il suffisait de regarder ma mère, de la regarder vivre pour vouloir que la vie lui ressemble, tout paraissait mièvre et fade à part elle. Et dans son existence visiblement, rien n’était figé, mesuré, immuable. C’était cela avant tout qu’elle me transmettait.

 

Écoute-moi bien, Nathalie Rykiel publié aux Éditions Stock.

2710 jours, le journal intime de Lucien Violleau

2710 jours, le journal intime de Lucien Violleau

2710 jours de Lucien Violleau m’a gentiment été envoyé par Les Archives Dormantes. Cette maison d’édition spécialisée dans les journaux intimes, mémoires et correspondances découvre 2710 jours lors d’un spectacle : celui du petit fils de l’auteur. D’après les écrits de son grand-père, Damien Pouvreau rend hommage à son aïeul à travers une création scénique et musicale, qu’il a imaginée et interprétée.

Prisonniers de guerre français de la Seconde Guerre mondiale

1 845 000 prisonniers de guerre français seront capturés par les armée du IIIème Reich et envoyés dans des camps en Allemagne. À partir de 1942, environ 210 000 prisonniers restèrent en Allemagne, mais devinrent des travailleurs civils. Ils logent alors dans des camps de travailleurs où ils travaillent pour les Allemands ou pour des sociétés françaises qui participent à l’effort de guerre de l’Occupant. Ils sont payés 10 francs par jour pour 6 à 8 heures de travail. Environ la moitié d’entre eux travaillèrent dans l’agriculture allemande, les autres travaillèrent dans des usines ou des mines, où les conditions étaient beaucoup plus sévères. (source Wikipédia)

prisonniers de guerre français dans le nord de la France en 1940 2710 jours les archives dormantes lucien violleau
Prisonniers français dans le nord de la France en 1940

C’est l’histoire que Lucien Violleau couche sur papier dans son journal intime désormais intitulé 2710 jours, soit la durée passée loin de ses proches.

Un devoir de mémoire

Lecteur, qui que tu sois / Si la pudeur s’y oppose / Ces pages ne les lis pas / Trop de bêtises y reposent. / Et malgré tout, sans amertume / Si tu les lis quelques instants / Pense un peu, sans rancune / Aux souvenirs du régiment. / Dans ce cahier pour toi, bel enfant / Tu ne trouveras ni fleur ni devise / Amoureuse, garde-toi d’effeuiller ces pages affreuses / Qui font venir des rides / À nos fronts de vingt ans. / Si tenté par le démon tu dérobais ce livre / Apprends que tout fripon est indigne de vivre / Ce livre est à moi comme la relique au roi / La Vendée est mon pays / Et Lucien Violleau est mon nom ! / Quand la neige tombera noire / Et que les corbeaux voleront blancs / S’effaceront de ma mémoire / Les souvenirs du régiment.

C’est sur cette prose que débute 2710 jours puis par le récit du service militaire de Lucien. Ce dernier enchaînera directement la fin de son service avec sa prise en fonction au cœur de la Seconde Guerre mondiale. Le journal intime dont les premières pages sont écrites à la troisième personne et comportent des phrases très courtes se développe peu à peu jusqu’à dévoiler son réel but : une manière pour Lucien de confier ses craintes et réflexions mais aussi pour transmettre aux générations futures.

2710 jours après, la Libération

Mais avant cela, Lucien Violleau est fait prisonnier par les Allemands et interné dans un camp de travail avant d’être exilé en Allemagne. Il va connaître toutes sortes de privations. Celle de la nourriture qui se fait rare et celle – peut être plus difficile encore à supporter – de sa famille et sa fiancée restées au pays. Dans la mine dans laquelle il est embauché, le travail lui permet de s’occuper l’esprit… Le moral est souvent au plus bas.

Sous la coupe des Allemands, certains trouvent grâce à leurs yeux quand d’autres – la plupart – ne sont que les ennemis jurés de leur pays dont ils ont précipité la chute. Amenés à travailler au cœur des civils, la relation avec ses derniers est tout d’abord une bouffée d’oxygène. Puis, un fossé se creuse au gré de l’avancement de l’armée Allemande, des nouvelles du front et de la fin de la Guerre qui s’annonce.

En tant que lecteur, nous avons bien entendu connaissance des événements à venir et du temps qu’il leur reste à être enfermés. Eux sont alors dans une ignorance quasi totale et n’ont que peu de nouvelles extérieures du camp.

De 1940 à 1945, 51 000 prisonniers français trouvèrent la mort ou disparurent au cours de leur captivité. Lucien Violleau est de ceux qui furent rapatriés en France à l’été 1945. 

2710 jours les archives dormantes lucien violleau


2710 jours nous offre un aspect de la guerre 39-45 un peu moins représenté, celui des prisonniers dans les camps de travail. Ce journal intime est important pour le message de transmission qu’il véhicule, ne serait-ce que pour ne pas reproduire les horreurs et la folie de la Guerre. Il est également le témoignage d’une jeunesse perdue à jamais. Un livre à offrir à tous les passionnés d’Histoire !