Chronique de Black Hole de Charles Burns

Chronique de Black Hole de Charles Burns

Black Hole est sans doute l’œuvre la plus connue de Charles Burns. Né en 1955, ce dernier fait ses études artistiques aux côtés de Matt Groening à qui il aurait inspiré le personnage des Simpsons Charles Montgomery Burns. Black Hole a été publiée aux États-Unis en 12 volumes de 1995 à 2005. L’intégrale publiée par les éditions Delcourt paraît en novembre 2006 et fait partie des « Essentiels d’Angoulême » décernés lors du Festival d’Angoulême 2007.

Adolescents pestiférés dans une Amérique prostrée

black hole charles burns éditions delcourtEn 1973 dans la banlieue de Seattle, la rumeur d’une maladie mystérieuse ne fait qu’enfler après la disparition de plusieurs adolescents. Proche d’une MST, « la crève » (« The Bug » ou « the teen plague » en VO) se transmet par contact sexuel mais également à travers la salive et provoque d’étranges changements physiques allant du plus petit bouton à la mutation impossible à dissimuler. Les adolescents qui en sont atteints préfèrent abandonner le lycée afin de se réfugier dans les bois à l’abri des regards. La crève va modifier l’échelle sociale et brutalement changer les rapports entre les lycéens.

Des thèmes récurrents chers à l’auteur

Charles Burns a ses thèmes de prédilection et n’hésitent pas à y revenir. Avant Black Hole, il s’était déjà penché sur sur l’Amérique profonde et sa jeune génération. En effet dans Detective stories il fait état d’un monde de personnages hybrides à l’animalité troublante. Dans Big Baby il explore les désordres mentaux et la violence ordinaire dans une ambiance de noirceur empreinte de cauchemar. Et enfin dans Fleur de peau, il réunit trois histoires sur l’Amérique et ses peurs, dans lesquelles l’auteur s’inspire d’éléments disparates pour créer un univers névrosé et macabre. Derrière son humour décalé, surgissent la violence et la folie du modèle américain. (source : Wikipédia)

Un travail de longue haleine

Black Hole est le fruit de onze années de travail où le perfectionniste Charles Burns raconte une histoire qu’il a peaufinée, structurée. Durant cette période il n’aura de cesse de prendre des notes et les relire, enlever des détails superflus ou en condenser d’autres, etc.

C’est un peu comme si, par exemple, vous prenez une histoire qui est transmise de génération en génération, au point qu’elle finit par délaisser les passages inutiles, et se retrouve structurée de manière plus efficace. Les mêmes idées pour la même histoire, mais en trouvant les mots justes et la manière juste pour la raconter.

black hole charles burns éditions delcourt

Si Charles Burns est satisfait du résultat final de sa bande dessinée c’est parce qu’il a pu la réaliser de manière libre tout en s’entourant de professionnels qui étaient également des amis. Cela se ressent et donne un livre complet, des personnages entiers loin d’un schéma manichéen et une histoire dense. Il a pris le soin de développer chacun de ses personnages qui grandissent au gré des évolutions et changements avant de finalement trouver leur place.  C’est en cela que Black Hole – son œuvre la plus longue – donne également l’impression d’être sa plus personnelle et aboutie.

Le mal-être adolescent

black hole charles burns éditions delcourt

L’adolescence, heure des premiers émois, des premières expériences sexuelles, d’un corps qui opère ses premières transformations jusqu’à la puberté. En somme une période difficile, empreinte d’angoisses et de rejets : celui des autres mais aussi celui de son propre corps qui en devient tout à coup presque monstrueux. Plus tout à fait enfant mais pas encore tout à fait un adulte. C’est cette fracture entre deux mondes que réussit à retranscrire parfaitement Charles Burns (qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler Daniel Clowes et son Ghost World), qui pense à ses personnages d’une manière très tendre.

Que ce soit dans le manque de dialogue avec les adultes (les parents sont quasi inexistants dans Black Hole) ou dans l’optimisme et l’amour naïfs, l’auteur a tout simplement fait appel à ses propres souvenirs afin d’être au plus près de ces adolescents qu’il dépeint.

charles burns black hole éditions delcourt

Une interview complète et très intéressante sur Charles Burns.


Malgré l’aspect physique de ces adolescents monstrueux en marge d’une société qui les rejette totalement, nous suivons avec tendresse le parcours de chacun. Un récit initiatique sur le passage à l’âge adulte, un classique du comics par Charles Burns qui nous offre ici son récit le plus personnel et abouti et à la perfection graphique monochrome.


 

Partage : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *