Celle dont j’ai toujours rêvé de Meredith Russo

Celle dont j’ai toujours rêvé de Meredith Russo

Adolescence rime forcément avec puberté, cette période sympathique où notre corps change et qui nécessite acceptation et réappropriation. Nous sommes tous passés (ou passerons) par là… Et si cette expérience peut parfois s’avérer difficile à vivre, elle l’est sans doute encore plus pour les personnes transgenres.

Boys don’t cry

Amanda est née homme. Devant la loi et la société elle est un homme. Mais voilà, notre héroïne se sent piégée dans une enveloppe corporelle qui ne lui correspond pas. Alors que les autres enfants veulent devenir pompier ou astronaute, elle rêve uniquement de devenir une femme. Conscients de la différence de leur enfant et en désaccord permanent quant à à son éducation, ses parents se déchirent jusqu’au divorce. Puis survient l’adolescence et ses brimades, la solitude, le repli sur soi. Amanda décide que la puberté et ses nombreux changements ne passeront pas par elle et ingère une dose mortelle de médicaments.

Elle survit à son suicide et est envoyée vivre chez son père, loin de ces mauvais souvenirs. Elle veut finir sa dernière année de lycée dans une petite ville où personne ne la connaît puis partir encore  plus loin pour l’université. Cette année, elle veut la traverser rapidement sans se faire remarquer, sans faire de vague. Ce qu’elle n’avait pas prévu, c’est qu’elle tomberait amoureuse de Grant.

Bien que ce roman fait partie de la catégorie Young Adult, dépeigne les vicissitudes de la vie d’une adolescente, passe par la case « bal de promo », il évite bien souvent des mièvreries inutiles. Les personnages sont recherchés, profonds. Une belle palette de personnages secondaires gravite autour d’Amanda et sa relation avec ses parents est touchante et vraie. Un joli roman sur l’acceptation de soi, le pardon et l’amour. Tout n’est pas tout blanc ou noir dans Celle dont j’ai toujours rêvé et c’est ce qui le rend si puissant. L’auteure, Mérédith Russo est-elle même une personne trans et nul doute qu’elle a mis beaucoup de sa personne dans le personnage et les expériences d’Amanda. Elle a voulu montrer qu’il s’agit avant tout d’une question d’identité et non de sexualité. Un roman rare qui aborde le transgénérisme avec subtilité, même si certains clichés ou traits forcés étaient nécessaires et voulus. Celle dont j’ai toujours rêvé est également une bonne piqûre de rappel quant à nos réactions face aux personnes LGBT et à la violence qu’elles subissent au quotidien.

 

Partage : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *