Ecoute la ville tomber de Kate Tempest

Ecoute la ville tomber de Kate Tempest

Kate Tempest aime manier la langue de Shakespeare. Elle débute avec des poésies pour lesquelles elle gagne des prix, puis s’essaie très vite au rap. Son album Let them eat chaos (2016) nous offre des textes forts où elle s’exprime sur son pays, sa génération, les craintes qui l’animent, les espoirs qui la font vivre. Son premier roman explore une nouvelle fois ces questionnements.

Écoute la ville tomber s’ouvre sur une fuite. À bord d’une voiture roulant à vive allure, les protagonistes affichent des mines anxieuses. La jeune femme sur la banquette arrière serre contre elle une mallette remplie de billets. L’urgence et le danger sont palpables et pourtant, leurs regards se portent sur l’asphalte qui s’étend devant eux… Les questions qui affluent à l’esprit du lecteur sont récompensés par un flash back, terminant ce prologue aux allures de road movie.

Nous faisons alors peu à peu connaissances avec nos anti-héros. Ils ont la vingtaine, font partie de la fameuse génération Y, why en anglais. Cette génération pourquoi regroupe les personnes nées entre 1980 et 2000 qui cherchent à comprendre en questionnant le monde qui les entoure.

écoute la ville tomber kate tempest éditions rivages

Leon, Becky et Harry viennent d’une petite ville de sud de Londres. Chacun est animé par ses rêves et ses attentes propres. Ils se laissent vivre, ils survivent, ne perdent jamais de vue leurs objectifs parfois utopiques. Leon se questionne sur ses origines, a du mal à définir son identité. Becky est une artiste qui a soif d’indépendance. Harry quant à elle rêve d’ouvrir un lieu solidaire qui ferait se mêler les différentes générations. Manquants de repères, ils aimeraient conserver tels quels les quartiers populaires qui les ont vus grandir, loin de l’embourgeoisement qui semble toucher certaines parties de la ville et dans lequel ils ne se reconnaissent pas.

La force de ce roman tient au melting pot des personnages qui sont à l’image de l’Angleterre que chérit son autrice. Ce qui frappe à sa lecture, c’est la capacité de Kate Tempest à créer tout un background à ses personnages. En quelques lignes, le portrait est brossé avec minutie et une certaine bienveillance. Les détails alloués aux individus nous les rendent réalistes, profondément humains et de fait sympathiques.

Écoute la ville tomber

Bien que ce roman ne fasse pas partie de mon genre littéraire de prédilection et qu’il ne m’est pas inoubliable, j’ai été très sensible à son écriture lyrique. J’ai parcouru ces pages tout en écoutant l’album Let them eat chaos et je dois dire que c’était une expérience captivante ! Kate Tempest a un réel univers qu’il était agréable de découvrir et – même si elle s’en défend – a donné voix à toute une génération désabusée. L’histoire ne subit aucune perte de rythme et se déroule à toute allure, d’un personnage à un autre, d’un excès à l’autre. La riche galerie de portraits permet de rendre le livre plus vivant et d’aborder à travers eux nombre de questions sociétales. J’ai lu ici et là de nombreux avis négatifs sur la fin et pourtant, il me semble qu’il ne peut y en avoir d’autre…

À écouter pendant votre lecture : Let them eat chaos – Kate Tempest

Partage : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *