Et les hippopotames ont bouilli vifs dans leurs piscines

Et les hippopotames ont bouilli vifs dans leurs piscines

Et les hippopotames ont bouilli vifs dans leurs piscines est un roman de William S. Burroughs et de Jack Kerouac écrit en 1945 et paru pour la première fois en 2008. Sous ce titre long et barbare se cacherait un fait-divers relaté par une station de radio écoutée par les auteurs et qui décrit un incendie survenu dans un zoo de Londres.


Manhattan, été 1944. Autour de Will, serveur dans un bar, et de Mike, marin dans la Marchande, gravite toute une constellation d’amis sans le sou, qui errent dans la chaleur de la ville et se retrouvent lors d’improbables soirées. Parmi eux, Phillip, un gamin de dix-sept ans moitié turc moitié américain à la beauté insolente, et Al, la quarantaine un peu pathétique, qui est éperdument amoureux de lui. Partout où va Phil, Al, jamais découragé par les refus du garçon, le suit comme son ombre. Pour lui échapper et par goût de l’aventure, Phil accepte la proposition de son ami Mike : s’embarquer, dès que possible, sur un navire de la marine marchande vers l’Europe. Mais le départ tant attendu est plusieurs fois reporté…

Un récit à deux voix…

Et les hippopotames ont bouilli vifs dans leurs piscines est écrit à quatre mains. Celles de William Burroughs d’une part et celles de Kerouac de l’autre. Au moment de son écriture, ils n’ont encore publié aucun livre. C’est la première fois que les deux amis et auteurs de la Beat Generation s’essaient à l’exercice et cela rend la lecture encore plus intéressante. Chacun écrit un chapitre à tour de rôle sous les pseudonymes respectifs de Mike Ryko et Will Dennison

Inspiré d’une histoire vraie

william s burroughs lucien carr allen ginsberg jack kerouac
De gauche à droite : William S. Burroughs, Lucien Carr et Allen Ginsberg

Toutefois, les deux écrivains s’inspirent souvent de leurs proches dans leurs récits. Dans Et les hippopotames ont bouilli vifs dans leurs piscines, Kerouac et Burroughs relatent en fait un meurtre commis par l’un des leurs amis, dont ils obtiennent l’aveu rapidement et pour lequel aucun ne se décide à avertir la police. C’est de cette histoire vraie dont s’inspire le roman. En 1944, un ami des auteurs, Lucien Carr, poignarde à mort un prétendant, David Eames Kammerrer au cours d’une bagarre et sous l’effet de l’alcool. Lucien s’était de son vivant toujours opposé à des publications traitant de ce sujet.


Profondément marqués par le meurtre d’un ami par un ami, Kerouac et Burroughs ne cesseront d’écrire dessus. On retrouve l’énergie propre aux auteurs et leurs personnages qui ne tiennent pas en place dans la ville de New York. Un ouvrage crucial pour qui veut comprendre et aborder ce qui sera « le premier crime de la Beat Generation ».

Partage : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *