Chronique de Ghost World de Daniel Clowes

Chronique de Ghost World de Daniel Clowes

Les Editions Cornélius ont sorti une nouvelle édition de Ghost World de Daniel Clowes. Fan de l’auteur devant l’Éternel je me devais de me procurer ce petit bijou dès que possible. C’est chose faite et je vous en parle tout de suite !

Daniel Clowes, icône de la bande dessinée underground américaine des années 90

ghost world daniel clowes enid rebecca bande dessinee

A l’origine, Ghost World paraît de 1989 à 2004 dans le comic book Eightball créé par Daniel Clowes. L’auteur évolue dans une ambiance fifties et des thèmes intimistes, fantastiques, de science-fiction, d’auto-fiction, etc. Avec cette bande dessinée devenue culte auprès des adolescents, il détient le record des ventes de son éditeur (Fantagraphics Books). Fort de ce succès commercial, Clowes s’impose comme l’interprète de toute une génération qui peine à trouver ses marques.

Un « Monde Fantôme » contemplatif

Début des années 1990. Enid Coleslaw et Rebecca Doppelmeyer sont deux meilleures amies qui viennent de terminer leurs études secondaires. Nous suivons leurs journées d’errance dans leur ville natale américaine. Ces adolescentes sarcastiques, cyniques et pleines de contradictions portent un regard critique sur la culture populaire et les gens qu’elles rencontrent.

De la sortie de l’enfance jusqu’au passage à l’âge adulte

Les adolescentes oscillent entre ces périodes charnières. Tantôt Enid lors d’un vide grenier n’arrive pas à se séparer des objets rassurants qui ont fait sa jeunesse, tantôt les deux amies parlent de manière crue de la perte de leur virginité respective. Elles s’amusent à faire des blagues cruelles aux habitants de la ville qui avec le temps ne les amuseront même plus tant elles sont blasées par leur quotidien. Elles rêvent de changer de ville pour ainsi repartir de zéro même si à long terme cela n’est sans doute pas la solution.

Bien qu’inséparables, leurs choix ainsi que leurs prédispositions vont pourtant être décisifs quant à leur amitié. En effet, Enid est moins mesurée dans ses propos et jugements que Becky. Décrite comme la jolie fille du duo, elle se sent évincée par la forte personnalité d’Enid et développera une jalousie latente envers celle-ci… Becky de son côté est amenée à prendre une décision pour la poursuite de ses études…

 

« Ghost World est l’examen de la vie de deux jeunes diplômées du secondaire depuis l’avantageuse et (globalement) indétectable position d’une table d’écoute, avec le détachement bancal d’un scientifique qui s’est mis à apprécier les microbes prisonniers dans sa boîte de Petri. » D.C

 

Un nouveau scénario pour un nouveau format

ghost world film terry zwigoff thora birch scarlett johansson steve buscemi
Thora Birch et Scarlett Johansson dans l’adaptation de Terry Zwigoff

En 2001, Terry Zwigoff avec l’aide de Daniel Clowes adapte Ghost World suite au succès de la bande dessinée. Dans cette nouvelle intrigue c’est Enid le personnage principal. Même si le film est fortement éloigné du roman graphique celui-ci a reçu une ovation critique et plusieurs prix internationaux (dont celui du meilleur scénario adapté écrit par Clowes). A voir ne serait-ce que pour le génial personnage joué par Steve Buscemi !

Si le regard posé sur l’adolescence et l’amitié est ironique il n’en est pas moins empreint de tendresse de la part de Daniel Clowes.

 

ghost wolrd daniel clowes enid rebecca tombe

 

Partage : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

3 réactions au sujet de « Chronique de Ghost World de Daniel Clowes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *