Juillet je voyage en livres avec 3 romans espagnols

Juillet je voyage en livres avec 3 romans espagnols

Il y a peu @riendetelque est venue me demander si je voulais participer à son projet Juillet je voyage en livres. Le but ? Présenter un pays/une région avec minimum 3 coups de cœur livresques. Il ne s’agira pas forcément de la nationalité de la personne qui aura écrit le roman mais bien du lieu où se déroule l’histoire.

Tentée par ce qu’elle m’a proposé j’ai décidé de vous présenter 3 livres espagnols. Et comme vous le savez certainement, puisqu’en 2018 je ne lis que des femmes, j’ai décidé de vous présenter 3 livres écrits par des femmes espagnoles. Je dois avouer que je connais peu la littérature espagnole et que j’avais au début voulu présenter des pays dont je maîtrise un peu mieux les écrits. Mais cette année encore, j’ai la chance de me rendre en Espagne pour mes congés d’été et me suis dit que c’était l’occasion parfaite !

Les livres que je vais vous présenter ne sont pas des coups de cœur puisque je ne les ai jamais lus. Mais ce sont des livres que je souhaite lire, qui m’ont attiré par leur résumé et qui se sont ajoutés à ma PAL d’été. Ce projet est l’occasion de sortir de ma zone de confort et de découvrir de nouvelles autrices !

Cosmofobia de Lucia Etxebarria

 

Lavapiés. Un quartier populaire en plein Madrid, mosaïque de cultures et de couleurs. Une rumeur le sillonne, il se contracte ou s’enflamme. En son cœur, un centre associatif, avec ludothèque et garderie. Jeunes et vieux s’y croisent. Téléopératrice fauchée, dealer, éducatrice végétarienne, clandestin, môme hyperactif sont autant de personnages en quête d’identité qui s’aiment, virevoltent, se ratent, sans jamais se mélanger.

Comédie humaine survoltée et tendre à la fois, Cosmofobia capte l’essence même de notre société métissée et fragmentée.

Traduit par Maïder Lafourcade et Nicolas Véron
Aux éditions Héloïse d’Ormesson

cosmofobia lucia extebarria juillet je voyage en livres

 

Cosmofobia se présente sous forme de recueil de nouvelles : 19 au total. Je ne sais pas vous mais en vacances, avec un emploi du temps assez chargé fait de visites, restaurants et farniente, il est agréable de piocher de-ci de-là dans un livre qui nous propose des histoires au format court. Peut-être connaissez-vous déjà l’autrice Lucia Etxebarria qui a écrit le célèbre Amour, Prozac et autres curiosités, il s’agissait alors de son premier roman.

Le Destin de Laura U. de Susana Fortes

 

Des murmures se font entendre dans les ruelles de Vilavedra, et le vent porte les pleurs, les soupçons, les désirs inavouables.

Juana, au service de la famille Ulloa durant des décennies, se remémore les histoires de ses cœurs bâillonnés par les amours tragiques. Celles du vieux comte. De ses fils, Rafael et Jacobo, condamnés à vivre séparés par un océan. Et de la jeune Laura, héritière de cette lignée, qui découvrit trop tôt que la distance ne peut rien faire face à la providence.

Le Destin de Laura U. est un conte vibrant et sensuel empreint de l’exotisme d’une Galice austère et d’un cuba extraverti où les secrets de famille finissent toujours par avoir raison de ceux qui les dissimulent.

Traduit par Nicolas Véron
Aux éditions Héloïse d’Ormesson

 

juillet je voyage en livres le destin de laura u susana fortes éditions héloise d'ormesson

Paradis inhabité d’Ana Maria Matute

 

Adriana a six ans et vit dans une famille de la bourgeoisie madrilène. En secret, elle observe le monde des adultes, ces Géants aux personnalités bien souvent sibyllines, ces ombres indifférentes. Sensible et rêveuse, elle préfère volontiers se réfugier dans les lumières de la nuit, écouter les bruits des feuilles mortes sous les sabots de la Licorne, celle qui s’est échappée du cadre dans le salon. Un paradis inhabité, celui de l’enfance, celui des chimères incandescentes. De la solitude assumée. Loin des tumultes de la vie adulte, des parents qui se déchirent, des injustices et de la guerre civile qui gronde. Curieuse de tout, Adriana ne tardera ps à découvrir les vertus de l’amitié et les premiers émois. Son voisin Gravila lui ressemble et ils parlent la même langue.
Ils ne savent pas encore que l’enfance, comme les licornes, ça ne revient jamais.

juillet je voyage en livres paradis inhabité ana maria matute éditions phébus

Considérée comme l’une des plus grandes romancières espagnoles contemporaines, je me devais de choisir une de ses œuvres. Paradis inhabité est son dernier roman.

Et vous :

Ces livres vous tentent ?
En avez-vous lu ?
Avez-vous d’autres propositions de lectures se déroulant en Espagne ?

N’hésitez pas à participer sur les réseaux sociaux avec le hashtag #juilletjevoyageenlivres !

Et surtout :

Vous partez où cet été ?

Partage : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *