King Kong Théorie de Virginie Despentes

King Kong Théorie de Virginie Despentes

Dans ma volonté de ne lire que des femmes en 2018 et d’élargir mes horizons littéraires en découvrant davantage d’essais, il est une autrice en particulier qui s’est très vite imposée à moi. Virginie Despentes et son King Kong Théorie me semblent en effet une bonne entrée en la matière. Publié en 2006 chez Grasset, elle mêle ses réflexions à son vécu dans ce qu’elle décrit comme un « combat écrit ».

Je me considère comme étant féministe. Et comme n’importe lequel des militantismes, je suis convaincue qu’être féministe, ça se travaille. Il n’existe pas qu’une seule vérité, qu’un seul féminisme. Celui-ci peut prendre plusieurs aspects et varier en fonction de nombreux critères. Je ne me suis pas réveillée un matin avec les idées que j’ai aujourd’hui et n’aurai sans doute pas les mêmes demain. Nos idées et points de vue sont voués à évoluer et se construisent à force de réflexions, conversations, échanges et lectures.

L’essai de Virginie Despentes fait partie de ces ouvrages inoubliables qui m’ont permis d’entamer une réflexion profonde, de revoir certains de mes jugements et opinions.

King Kong Théorie

Drôle de titre pour un essai féministe que ce King Kong Théorie… Et pourtant, dans un chapitre, l’autrice y fait un parallèle avec le film King Kong (2005) de Peter Jackson. Elle analyse l’histoire et la mise en scène pour dénoncer la délicate place allouée à la femme dans une société patriarcale.

Le livre s’organise en 6 chapitres qui traitent chacun une notion importante. Virginie Despentes aborde entre autres la révolution sexuelle, le viol, la prostitution et la pornographie. Le tout de manière très personnelle puisqu’elle y injecte des bribes de sa propre histoire.

À la sortie du livre, les critiques n’ont pas toutes été élogieuses et certains lecteurs y ont parfois vu « la haine de l’autre« . Pourtant, le texte ne laisse jamais entrevoir la haine, bien au contraire. Si son autrice s’intéresse surtout à la condition féminine, elle ne laisse pas totalement de côté les hommes à qui l’on impose une virilité traditionnel, entreprise aussi mutilatrice que l’assignement à la féminité. Que l’on soit d’accord ou pas, King Kong Théorie bouscule, interpelle et permet d’amorcer une remise en question.

Virginie Despentes a su mettre des mots justes, construire sa base de réflexions et les rassembler dans un texte tout à fait abordable. Si la lecture de King Kong Théorie est difficile, c’est davantage parce qu’il y est question de sujets sensibles, de constats alarmants et de vérités criantes. Elle nécessite une part d’introspection qu’il faut pouvoir accepter. Jouer le jeu et se remettre en question.

Un essai que je suis heureuse d’avoir enfin découvert et qui n’est que l’introduction de ma découverte du travail de Virginie Despentes.

Partage : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *