Nord et Sud d’Elizabeth Gaskell

Nord et Sud d’Elizabeth Gaskell

J’ai « fait la connaissance » d’Elizabeth Gaskell via la correspondance qu’elle entretenait avec Charlotte et recueillie dans les Lettres choisies de la Famille Brontë. Romancière britannique, elle publie Mary Barton, Femmes et Filles et Cranford. Nord et Sud paraîtra quant à lui en 1854 originellement sous forme de feuilletons.

Nous découvrons Margaret Hale, jeune fille de 18 ans qui s’apprête à quitter Londres. Afin qu’elle reçoive la meilleure éducation possible, ses parents l’y avaient laissée sous la garde sa tante et cousine. Cette dernière venant de se marier, Margaret rentre chez elle dans le Hampshire, au sud de l’Angleterre. Elle retrouve la maison de campagne où elle née et à laquelle elle est très attachée. Elle s’émerveille de la beauté alentours et, loin de s’y ennuyer, donne des cours aux enfants du village, s’exerce au dessin, visite le voisinage…

Elle reçoit pourtant quelque temps plus tard une demande en mariage qui la surprend et qu’elle décline. Cela va être l’élément déclencheur qui va venir perturber la petite vie tranquille à laquelle elle aspirait…

Nord et Sud

Pasteur depuis de nombreuses années, le père de Margaret est maussade et se fait de plus en plus dissident de l’Église anglicane. Ne pouvant plus être en accord avec ses croyances, il préfère quitter la petite paroisse de Helstone et emmener avec lui sa famille jusque dans le nord de l’Angleterre.

Ils découvrent alors la ville industrielle de Milton. Grise, froide, envahie par la fumée des usines et de ses travailleurs pressés, elle est aux antipodes de ce qu’ils ont connu jusque là. Margaret qui est plus rurale que citadine, a beaucoup de mal à s’adapter à cette nouvelle vie mais se doit de faire bonne figure pour soutenir le choix de son père.

Elle va cependant apprendre à connaître sa nouvelle ville d’adoption à travers ses habitants, bourrus au premier abord mais qui se révèlent emplis d’une grande humanité.

Patrons et ouvriers

Même si Nord et Sud développe une intrigue centrée sur le personnage de Margaret, Elizabeth Gaskell en profite pour évoquer des problèmes sociaux et industriels propres à l’époque.

S’il traite de la relation entre patrons et ouvriers, nous avons davantage accès au point de vue du grand patron des filatures locales John Thornton. Proche de son père, il en vient vite à faire la connaissance de Margaret avec qui les échanges sont conflictuels. Elle ne partage pas ses idées, méprise sa classe, lui préférant le courage dont font preuve ses employés miséreux.

Les conditions de travail sont terribles, le prix de la nourriture augmente et les salaires diminuent. Les tensions entre Thornton et ses ouvriers se font de plus en plus fortes et dans ces conditions, l’inévitable se produit : une grève violente éclate. Sous cet angle, Nord et Sud n’est bien sûr pas sans rappeler Germinal (1885) d’Émile Zola qui s’attache à décrire une grève dans l’industrie minière du nord de la France…

nord et sud elizaeth gaskell éditions fayard livre couverture

Margaret Hale et les personnages féminins

Que ce soit géographiquement ou socialement, Nord et Sud oppose les notions et les font se confronter. Le personnage de Margaret Hale ne fait pas exception puisqu’elle s’oppose à d’autres personnages féminins qui sont bien souvent des critiques de l’idéal féminin l’époque victorienne ainsi que de la bourgeoisie avec le personnage de sa mère et celui de sa tante.

Cela est d’autant plus fragrant entre les deux cousines Edith et Margaret. La première représente la parfaite maîtresse de maison, belle et pure. Elle ne vit que de mondanités et est jugée superficielle par son beau-frère. Elle est par ailleurs choquée par la liberté d’esprit dont fait preuve Margaret qui est courageuse et indépendante. Même si elle est ignorante de l’industrie et du commerce elle s’y intéresse et sa vision du Monde est à l’opposé des idées préconçues que devraient lui affecter son époque et son genre.


Nord et Sud nous offre une riche palette de personnages et Elizabeth Gaskell excelle dans ses analyses des sentiments humains. L’ouvrage est très intéressant d’un point de vue historique avec toutes les avancés et nouvelles inventions industrielles propres à l’époque. Certains passages sont toutefois assez longs et des intrigues secondaires apportent peu d’utilité au récit. Il s’agit d’un livre sur le passage à l’âge adulte d’un personnage simple et admirable qui va apprendre à vaincre ses préjugés.

Partage : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *