La passe-miroir – Les fiancés de l’hiver de Christelle Dabos

La passe-miroir – Les fiancés de l’hiver de Christelle Dabos

Christelle Dabos relève son premier défi littéraire en participant au Concours Gallimard Jeunesse. Grande lauréate, son premier roman Les fiancés de l’hiver sort en 2013.

la passe miroir les fiancés de l'hiver roman jeunesse éditions gallimard jeunesse

Après La Déchirure, un nouvel univers a vu le jour et avec lui plusieurs arches. Ophélie est une jeune femme vivant sur Anima et est une « liseuse ». Cela ne veut pas dire qu’elle passe ses journées le nez dans les livres (quoi que…) mais plutôt qu’elle peut lire le passé des objets. Elle peut ressentir tout ce que les gens ont éprouvé au contact de l’objet en question. En plus de cela, elle peut – comme le titre de la saga l’annonce -, passer les miroirs. Il lui suffit de visualiser l’endroit où elle veut se rendre et traverser un miroir à l’autre bout de la ville pour y être en un instant. Pratique et finalement assez commun puisque sur Anima, tout le monde est plus ou moins doué de pouvoirs magiques.

Chaque arche obéit à des lois qui lui sont propres et est dirigé par un Esprit de famille. Sur Anima, il s’agit d’une société matriarcale fondée par Artémis. Ses devoirs fondamentaux sont de « veiller à ce que chacun mangeât à sa faim, eût un toit pour s’abriter, reçût une instruction, apprît à faire bon usage de son pouvoir ». L’ensemble de la communauté dépend des mères de famille, des matriarches et des doyennes qui ont tout pouvoir décisif. Dirigé par les femmes donc, mais pas pour les femmes. En effet, Ophélie se voit obligée d’épouser un homme qu’elle ne connaît pas et qui vit sur une autre arche : Le Pôle. Un mariage arrangé entouré de mystères et censé apporter beaucoup aux deux communautés. Si Ophélie a déjà refusé plusieurs mariages, elle se voit dans l’obligation d’accepter celui-ci sous peine d’être bannie d’Anima.

la passe miroir les fiancés de l'hiver christelle dabos au clairdelune

Plutôt solitaire, la jeune fille travaille dans un musée et ne se sépare jamais de son écharpe vivante et rapiécée qui lui fait office de compagnon. Elle fait peu de cas de son apparence et est très maladroite (la faute à un accident de miroir il y a des années de cela). Son quotidien tranquille s’écroule lorsqu’elle se voit promise à cet inconnu qui se trouve être à l’image de l’arche sur lequel elle va vivre : glacial. Thorn est l’archétype de l’homme taciturne à la Heathcliff, complexe et ambivalent, inspirant la haine à son entourage mais toutefois capable d’aimer…

En plus de Thorn et d’un nouvel environnement, Ophélie va devoir composer avec sa belle famille et en particulier Berenilde, la tante de son fiancé. Sous son physique gracieux et doux, cette dernière se révèle être très autoritaire et va lui rendre la vie impossible. Ajoutez à cela des complots, des tensions familiales, une bonne dose de magie et vous avez une bonne idée de ce qu’est Les Fiancés de l’hiver.


L’écriture de Christelle Dabos est très fluide mais le roman peine tout d’abord à se mettre en place. Ce n’est qu’à partir de la moitié du livre que les choses deviennent réellement prenantes avec notamment l’arrivée de nouveaux personnages. Un début prometteur qui donne envie de découvrir la suite (deux autres tomes sont d’ores et déjà disponibles). En espérant que le personnage d’Ophélie va être plus creusé et ses pouvoirs utilisés plus souvent…


Partage : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

2 réactions au sujet de « La passe-miroir – Les fiancés de l’hiver de Christelle Dabos »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *