Aussi noir que ton mensonge de Antti Tuomainen

Aussi noir que ton mensonge de Antti Tuomainen

Aussi noir que ton mensonge m’a été envoyé par Fleuve Editions à la suite d’un concours Instagram. Ce roman fait partie de leur collection « fleuve noir » que j’avais d’abord découvert avec « Un souffle, une ombre » de Christian Carayon que j’avais adoré ! Aussi noir que ton mensonge est paru le 8 septembre dernier.

Désastre écologique au nord de la Finlande

Janne Vuori est un accro du travail. Journaliste, il reçoit un jour un étrange e-mail. Une mine de nickel située dans une petite ville du nord de la Finlande serait le théâtre d’activités illégales et à l’origine d’une catastrophe écologique. Cette affaire tombe pile au bon moment. En froid avec sa femme, il se jette à corps perdu dans une enquête qui se révélera plus dangereuse que prévu… Coups de pression, menaces de mort… Des personnes ne veulent clairement pas que Janne continue ses investigations !

Ira-t-il jusqu’au bout quitte à mettre sa famille en danger ?

Un voile de silence s’abat sur Helsinki

La Finlande est l’endroit parfait pour mettre en place une bonne ambiance de polar. L’action s’y déroulant en hiver, notre journaliste devra faire face aux intempéries et conditions climatiques qui ne feront que le ralentir dans sa quête. L’abondance de neige, l’absence de lumière sont autant d’éléments à prendre en compte au cours de cette enquête !

ville d'Helsinki


Aussi noir que ton mensonge

Ce cinquième roman d’Antti Tuomainen avait tout pour me plaire. L’auteur figure parmi les meilleurs auteurs de la littérature noire finlandaise. Ses livres ont tous été salués par la critique et sont désormais traduits en vingt-cinq langues. J’avais hâte de découvrir ce livre tout d’abord parce que je n’avais jusqu’alors jamais lu d’auteur finlandais et que l’écologie est un sujet qui m’est cher… Cependant je n’ai pas été touchée comme je l’espérais. Le personnage de Janne Vuori m’a d’ailleurs plutôt agacée. Parfois héros courageux, parfois père absent (qui reproduit les mêmes erreurs que son propre paternel) on a envie qu’il fasse un choix et s’y tienne. Le livre est d’ailleurs partagé entre deux points de vue. Celui du journaliste et celui de son père. Ce dernier, après trente ans d’absence et une vie passé dans le mensonge tente de renouer des liens avec sa femme et son fils. Malheureusement, j’ai trouvé que cette dernière partie n’apportait rien de plus au récit… J’aurais aimé plus de profondeur au personnage principal et ressentir pour lui un minimum de compassion. Difficile dans ces conditions de rentrer dans l’histoire. L’enquête écologique aurait pu être plus poussée mais la lumière est faite sur des détails de vie des protagonistes qui ralentissent l’affaire. Je suis passée à côté et c’est bien dommage…

 


 

Chronique d’Un souffle, une ombre de Christian Carayon

Chronique d’Un souffle, une ombre de Christian Carayon

J’ai reçu Un souffle, une ombre (Editions Fleuve Noir) à la suite d’un concours sur Instagram. Il est le troisième roman de Christian Carayon et est sorti mi-avril.

Quadruple meurtre au bord d’un lac

Dans le sud du Massif central, quatre adolescents décident d’aller camper sur un îlot au bord du lac de Basse-Misère. Non loin de là, la fête annuelle du club nautique local où sont rassemblés tous leurs amis et parents bat son plein. Le groupe est retrouvé massacré le lendemain matin. Une enquête bâclée et aux nombreux rebondissements permet d’arrêter le meurtrier supposé bien que celui-ci n’ait toujours pas avoué. Trois décennies plus tard, nous suivons le parcours de l’historien Marc-Édouard Peiresoles qui décide d’entamer un travail de recherches sur ces événements. Celui-ci était également un habitant de la région et a côtoyé les martyres à différents moments de son enfance.

Au premier abord, j’ai eu peur que la magie n’opère pas car je ne me sentais en aucun cas touchée par le personnage principal. C’est quelqu’un de plutôt égoïste, qui n’a pas d’attache et n’excelle pas dans les relations humaines. Bien qu’étant lui-même enfant victime des retombées de cette tragédie l’empathie ne prend pas. Néanmoins, plus le récit avance et plus les événements vont se révéler initiatiques et le changer. Il se dévoile au fur et à mesure ainsi que ses faiblesses et cela suffit à trembler avec lui.

Aidé par un journaliste qui a enquêté des années sur cette affaire, Marc-Édouard pourra grâce à ses connaissances mettre en lumière certains détails laissés dans l’ombre et peut-être arrêter le vrai coupable. L’enquête commence d’abord très lentement, l’historien, sous couvert de thèse va se plonger à corps perdu dans cette affaire. Celle-ci va donc être étudiée sous des angles différents : l’avant et l’après, les peurs des habitants, la vie sociale et économique de la commune. Marc-Édouard va marcher dans les pas des victimes, mettre tout en parallèle et comprendre là où le journaliste a échoué.

J’ai été très agréablement surprise à la lecture d’Un souffle, une ombre. J’ai mis moins de deux jours à finir ce roman très sombre tant je voulais connaître la suite. Tout est bien amené, fluide et s’imbrique parfaitement. L’auteur prend le temps de poser les situations, les personnages, les lieux en bref de créer toute une atmosphère avant de nous emmener enquêter avec lui.