Steak machine de Geoffrey Le Guilcher

Steak machine de Geoffrey Le Guilcher

Vous n’êtes pas sans l’ignorer, je suis assez amatrice de ce genre de lectures. Végane depuis quelques années, je me passionne pour tout ce qui a trait à la cause animale. Loin de « prêcher une convaincue », j’essaie de me renseigner et de lire au maximum sur ce sujet.
Steak Machine (publié aux Editions Goutte d’Or) m’a été prêté par une amie et porte sur les travailleurs d’un abattoir de Bretagne. Une enquête fondée davantage sur l’aspect social qu’animal donc, que notre consommation carnée engendre.

Comme beaucoup d’entre nous, Geoffrey Le Guilcher a été élevé autour de repas omnivores. Alors, quand il reçoit un matin un texto de son éditrice lui demandant s’il serait capable de se faire embaucher dans un abattoir, les premiers doutes s’installent…

Le « paradoxe de la viande » ou la dissonance cognitive

La dissonance cognitive est l’incompatibilité engendrée par deux croyances opposées. D’un côté « j’aime la viande » mais de l’autre « je ne veux pas faire souffrir un animal ». La réaction de l’auteur dès la première page en est alors le parfait exemple :

Je suis un « viandard ». Je vis près du métro La Chapelle, à Paris, où l’indien, le grec (en réalité turc), le japonais (en réalité chinois), le marocain et l’italien (en réalité français) devancent mes attentes de carnivore. Pourquoi irais-je tout gâcher en allant enquêter dans une boucherie géante ?

Et cela, les entreprises du secteur agroalimentaire spécialisées dans l’abattage des animaux et la transformation des viandes l’ont bien compris. Pour continuer à vendre, il faut matraquer l’audience à grand renfort de publicités montrant des animaux heureux. Cacher la vérité, par tous les moyens.

Lors de son infiltration de plus d’un mois au cœur de l’abattoir, Geoffrey Le Guilcher en sera témoin plusieurs fois. Au niveau de la tuerie (l’endroit où les bêtes sont étourdies et que leurs gorges sont tranchées) un mur a été érigé. La raison ? Empêcher les visiteurs de voler des images avec leurs téléphones. Images qui pourraient leur porter préjudice, l’abattage ne se faisant pas toujours dans les règles.

Depuis les vidéos tournées clandestinement dans les abattoirs français et rendues publiques par l’association L214, un vent de panique souffle dans les abattoirs et il est encore plus difficile d’y avoir accès. Armé d’une nouvelle apparence, d’une fausse identité et d’un CV imaginaire, notre journaliste – coaché par l’un des fondateurs de L214 (persona non grata dont la photo est placardée dans tous les abattoirs) – arrivera cependant à y être embauché.

Travail à la chaîne pour les « damnés de la viande »

C’est ainsi que notre journaliste les appelle. Car Steak Machine leur est dédié, à ces travailleurs cachés des abattoirs. Victimes au même titre que les animaux, ils sont nombreux à vouloir y être embauchés au péril de leur santé. Et cela peut se comprendre : places disponibles, salaires acceptables, nombreux avantages… Les abattoirs ont d’ailleurs toujours accueilli les vagues d’immigration qui ont touché la France au fil des années.

Steak Machine offre une réflexion sur un système et ses limites. Une enquête qui fait froid dans le dos et met en perspective nos habitudes de consommation sans mettre tout à fait de côté ces personnes qui, grâce à cela, réussissent à vivre et faire vivre leurs proches. C’est d’ailleurs la pierre angulaire de ce livre. Geoffrey Le Guilcher nous dresse des portraits touchants de ses collègues, décrit les moments sincères partagés avec ceux à qui il a été obligé de cacher son identité et ses réelles motivations.

Partage : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *