Butin livresque en brocante de septembre 2017

Butin livresque en brocante de septembre 2017

De retour une nouvelle fois d’une brocante en Seine-et-Marne. Cette fois, la bibliothèque d’un petit village faisait le tri de ses livres en les vendant au profit de la structure. Laissez-moi donc vous présenter le book haul de ces 26 nouvelles acquisitions et leurs couvertures vintage !

Marc Dugain - La Chambre des officiers (éditions Pocket) Marc Dugain – La Chambre des officiers (éditions Pocket)

La guerre de 14, je ne l’ai pas connue. Je veux dire, la tranchée boueuse, l’humidité qui traverse les os, les gros rats noirs au pelage d’hiver qui se faufilent entre les détritus informes, les odeurs mélangées de tabac gris et d’excréments mal enterrés, avec, pour couvrir le tout, un ciel métallique uniforme qui se déverse à intervalles réguliers comme si Dieu n’en finissait plus de s’acharner sur le simple soldat. C’est cette guerre-là que je n’ai pas connue.

Dans les premiers jours de 14, Adrien F., lieutenant du génie, est fauché par un éclat d’obus sur les bords de la Meuse. Défiguré, il est transporté au Val-de-Grâce où il séjournera cinq ans dans la chambre des officiers. Au fil des amitiés qui s’y noueront, lui et ses camarades, malgré la privation brutale d’une part de leur identité, révéleront toute leur humanité.

De cette épopée dramatique, émouvante, mais drôle aussi parfois, on retiendra que des blessures naît aussi la grâce.

Marc Dugain, quarante et un ans, retrace avec ce premier roman la destinée particulière de son grand-père.


Milan Kundera - La vie est ailleurs (éditions Gallimard)Milan Kundera – La vie est ailleurs (éditions Gallimard)

L’auteur avait tout d’abord pensé intituler ce roman L’âge lyrique. L’âge lyrique, selon Kundera, c’est la jeunesse, et ce roman est avant tout une épopée de l’adolescence ; épopée ironique qui corrode tendrement les valeurs tabous : l’Enfance, la Maternité, la Révolution et même – la Poésie. En effet, Jaromil est poète. C’est sa mère qui l’a fait poète et qui l’accompagne (immatériellement) jusqu’à ses lits d’amour et (matériellement) jusqu’à son lit de mort. Personnage ridicule et touchant, horrible et d’une innocence totale (« l’innocence avec son sourire sanglant » !), Jaromil est en même temps un vrai poète. Il n’est pas salaud, il est Rimbaud. Rimbaud pris au piège de la révolution communiste, pris au piège d’une farce noire.


marcel pagnol le temps des secrets éditions de falloisMarcel Pagnol – Le temps des secrets (éditions de Fallois)

Les vacances à La Treille se poursuivent. mais ne se ressemblent plus: Lili doit travailler aux champs avec son père, et Marcel rencontre Isabelle, la fille du poète Loïs de Montmajour. Puis ce sera l’arrivée eu classe de sixième et l’entrée en scène de l’inénarrable Lagneau…
Poussé par ses lecteurs, et pour son propre plaisir, Pagnol décide de transformer son diptyque en tétralogie, et ses Souvenirs d’enfance en authentique roman de formation, du côté de Kim ou du Livre de la jungle.

Dans « Le Temps des secrets » (1960), le jeune Marcel trahit – provisoirement – l’amitié de Lili pour l’illusion de l’amour, et Pagnol l’écrivain prouve, lorsqu’il croque le poète alcoolique et sa grotesque épouse, qu’il n’a rien perdu de sa vis comica. Le projet prend de l’ampleur, et le livre se termine sans s’achever, dans l’attente du Temps des amours.  »

La reine, naturellement, c’était elle, et le chevalier, c’était moi. Vous commençâmes par la fabrication de nos costumes, car comme toutes les filles, elle adorait se guignoliser.


George Orwell - La Ferme des animaux (éditions Folio)George Orwell – La Ferme des animaux (éditions Folio)

Un certain 21 juin eut lieu en Angleterre la révolte des animaux. Les cochons dirigent le nouveau régime. Boule de Neige et Napoléon, cochons en chef, affichent un règlement:
“Tout deuxpattes est un ennemi. Tout quatrepattes ou tout volatile, un ami. Nul animal ne portera de vêtements. Nul animal ne dormira dans un lit. Nul animal ne boira d’alcool. Nul animal ne tuera un autre animal. Tous les animaux sont égaux.”
Le temps passe. La pluie efface les commandements. L’âne, un cynique, arrive encore à déchiffrer :
“Tous les animaux sont égaux, mais certains le sont plus que d’autres.”


Aldous Huxley – Le Ciel et l’enfer (éditions du Rocher)

Huxley examine au long de ces essais la nature des pratiques spirituelles, explorant les fondements du bien et du mal, les champs du comportement religieux et de l’expérience mystique, en s’appuyant sur les textes majeurs de diverses traditions. Regard sur les contradictions et les enjeux de la quête spirituelle, expériences personnelles qui tendent à cerner les limites du réel, ce livre qui rassemble des textes écrits pour la plupart entre 1940 et 1950 propose les réponses ou les interrogations de l’auteur du Meilleur des mondes face à un univers dont il faut sans cesse repenser le sens, en termes non seulement religieux mais aussi politiques.


Françoise Sagan - Les faux-fuyants (éditions France Loisirs)Françoise Sagan – Les faux-fuyants (éditions France Loisirs)

Ils sont quatre, tardivement lancés sur la route de l’exode en cette mi-juin 40. Quatre fleurons du Tout-Paris occupés à cancaner et à déguster leur foie gras dans une Chenard et Walcker rutilante qui, l’année dernière encore, remportait le Grand Prix de l’Élégance Sportive à Deauville. Quatre? Non, cinq avec le chauffeur. On oublie toujours les domestiques. Mais voilà que celui-ci a l’inconvenance de se faire étourdiment tuer par un Stuka de passage, laissant ses employeurs hébétés devant leur limousine fumante. Le beau paysan qui les ramasse dans sa carriole tirée par deux percherons, pour les ramener dans sa ferme que sa mère régente d’une main de fer, a quelques arrière-pensées dont la nature n’est pas exclusivement salace. Si les appas de Luce chatouillent son regard, il évalue aussi de l’œil les biceps de son amant…Les femmes culbutées dans le foin ou pataugeant dans la gadoue du poulailler ? Les hommes assaillis par le crétin du village ou transpirant aux champs ?….Ce que la grande Françoise Sagan, avec ce regard sarcastique et tendre qu’elle porte depuis Bonjour tristesse sur la nature humaine, tire de cette situation, c’est une vraie comédie, irrésistible de verve brillante et de gaieté. Elle nous fait, dans cette période sombre, le cadeau inespéré d’un roman qui arrachera aux lecteurs les plus déprimés par quelques événements récents des accès de fou rire.


Colette - Claudine en ménage | Claudine s'en va (éditions France Loisirs)

Colette – Claudine s’en va | Claudine en ménage (éditions France Loisirs)

La bizarre comédie que fut le jour de mon mariage ! Trois semaines de fiançailles, la présence fréquente de ce Renaud que j’aime à l’affolement, ses yeux gênants encore, ses lèvres toujours en quête d’un bout de moi me firent pour ce jeudi-là une mine aiguë de chatte brûlante.
Je ne compris rien à sa réserve, à son abstention, dans ce temps-là ! J’aurais été toute à lui, dès qu’il l’eût voulu : il le sentait bien.

 » Annie adore Alain, son mari. Elle est complètement sous sa domination et ne sait qu’obéir.
Mais Alain part en voyage et Annie se retrouve seule, complètement épouvantée, bien décidée à appliquer à la lettre l' » Emploi du temps  » que lui a fait son mari et qui comporte, entre autres :
– Une seule visite à Renaud et Claudine, ménage réellement trop fantaisiste pour une jeune femme dont le mari voyage au loin.
– Voir et sortir souvent avec ma sœur Marthe car sous des dehors un peu libres, elle a un grand bon sens et même du sens pratique.
Avec Marthe, Annie ira dans une station thermale puis au Festival de Bayreuth, rencontrera toutes sortes de gens, apprendra et comprendra bien des choses et reverra souvent Claudine…
Peinture lucide et narquoise du milieu dans lequel vécut longtemps Colette, rempli de personnages très vivants, Claudine s’en va est servi par ce style dru, savoureux, qui est propre au grand écrivain.  »


Pierre Loti - Les trois dames de la Kasbah (éditions Folio)Pierre Loti – Les trois dames de la Kasbah (éditions Folio)

Pierre Loti se rend pour la première fois en Algérie en 1869.Son premier séjour à Alger ne durera qu’une dizaine de jours.Mais Loti y séjournera par quatre fois.
Il y revient pour la seconde fois près de dix ans plus tard au printemps de l’année 1880.La physionomie de la ville a changé,les constructions européennes se sont multiplé et une partie de la basse kasbah a été détruite.Pourtant ce qu’il reste de la cité millénaire se détache toujours en un triangle blanc sur le paysage.
C’est pendant ce séjour que trois femmes musulmanes lui rendent visite sur le bateau.Elles lui inspireront le thème d’une étonnante nouvelle,Les trois dames de la Kasbah.Ce texte paraît en novembre 1882 dans un recueil de nouvelles intitulé Fleurs d’ennui.
Ce court récit qui s’annonce comme un conte oriental avec promesses de dépaysement,de rêve,de sensualité,bifurque soudain,s’amuse à nous perdre et se transforme en conte cruel.
Sans doute Loti vient-il en aide au lecteur,dans le dernier chapitre,en cherchant à le détendre par une pirouette,un clin d’oeil;sans doute veut-il par là le rassurer,lui confirmer qu’il ne s’agissait somme toute, que d’un amusement.
Mais la qualité de la nouvelle tient dans ce mélange de fiction et de réel,de dépaysement et de naturalisme,dans une maîtrise du récit qui rend le propos moins anodin qu’il ne voudrait paraître;laissant percevoir comme une métaphore de l’Histoire en train de s’écrire sur les bords de la Méditerranée.


Jami Attenberg - Mazie, Sainte Patronne des fauchés et des assoiffés (éditions les escales)Jami Attenberg – Mazie, Sainte Patronne des fauchés et des assoiffés (éditions Les Escales)

Personnage haut en couleur, Mazie Phillips tient la billetterie du Venice, cinéma new-yorkais du Bowery, quartier populaire du sud de Manhattan où l’on croise diseuse de bonne aventure, mafieux, ouvriers, etc. Le jazz vit son âge d’or, les idylles et la consommation d’alcool – malgré la Prohibition – vont bon train. Mazie aime la vie, et ne se fait jamais prier pour quitter sa « cage » et faire la fête, notamment avec son amant « le capitaine ».
Avec l’arrivée de la Grande Dépression, les sans-abri affluent dans le quartier et la vie de Mazie bascule. Elle aide sans relâche les plus démunis et décide d’ouvrir les portes du Venice à ceux qui ont tout perdu. Surnommée « la reine du Bowery », elle devient alors une personnalité incontournable de New York.
Dans ce roman polyphonique, Jami Attenberg nous fait découvrir Mazie – dont on entend la gouaille à travers les lignes de son journal intime –, mais aussi Soeur Ti, son unique amie, sa soeur Jeanie, l’agent Mack Walters, porté sur la bibine et qui aime flirter avec elle… Le lecteur découvre, fasciné, une personnalité hors du commun et tout un monde bigarré et terriblement attachant.


Junichirô Tanizaki - La clef | La confession impudique (éditions France Loisirs)Junichirô Tanizaki – La clef | La confession impudique (éditions France Loisirs)

Un respectable professeur d’université, à l’âge du démon de midi, ne parvient plus à satisfaire sa jeune femme dotée d’un tempérament excessif. Après avoir essayé divers excitants, il s’aperçoit que la jalousie est un incomparable stimulant.

Chacun des deux époux tient un journal, sachant très bien que l’autre le lit en cachette…

Un roman audacieux sur un sujet délicat.


Sándor Márai - Un chien de caractère (éditions Albin Michel)Sándor Márai – Un chien de caractère (éditions Albin Michel)

C’est une petite boule de poils qui gambade et aboie. Il n’est pas beau mais semble avoir de l’esprit et bientôt, grâce à ses maîtres, de bonnes manières…Tchoutora est le nom de ce chiot joyeux que Monsieur a décidé d’offrir à Madame en ce Noël 1928 assombri par la crise économique. Bien qu’attendrissant, le quadrupède se montre vite rétif aux règles que dicte la bonne société à un « être inférieur » de son espèce, et bouleverse de sa turbulente présence la vie du couple…

Sándor Márai, un des plus grands écrivains hongrois du XXe siècle, analyse les moeurs de la bourgeoisie de son époque avec une ironie réjouissante. Drôle, subtil, élégant et incisif, ce roman aux allures de conte moral révèle une facette méconnue de l’auteur des Braises.


Daniel Pennac - La petite marchande de prose (éditions Folio)Daniel Pennac – La petite marchande de prose (éditions Folio)

« »L’amour, Malaussène, je vous propose l’amour ! » L’amour ? J’ai Julie, j’ai Louna, j’ai Thérèse, j’ai Clara, Verdun, le Petit et Jérémy. J’ai Julius et j’ai Belleville…
« Entendons-nous bien, mon petit, je ne vous propose pas la botte ; c’est l’amour avec un grand A que je vous offre : tout l’amour du monde ! »
Aussi incroyable que cela puisse paraître, j’ai accepté. J’ai eu tort.»
Transformé en objet d’adoration universelle par la reine Zabo, éditeur de génie, Benjamin Malaussène va payer au prix fort toutes les passions déchaînées par la parution d’un best-seller dont il est censé être l’auteur.
Vol de manuscrit, vengeance, passion de l’écriture, frénésie des lecteurs, ébullition éditoriale, délires publicitaires, La petite marchande de prose est un feu d’artifice tiré à la gloire du roman. De tous les romans.


SU Tong - À bicyclette (éditions picquier poche)SU Tong – À bicyclette (éditions Picquier)

Ces nouvelles, bizarres et délicates, se situent toutes à la fin de la Révolution culturelle. Elles traduisent le choc entre la vieille Chine des dynasties disparues et le communisme puis l économie actuelle du « tigre ».


Marguerite Duras - L'amant de la Chine du nord (éditions Gallimard) Marguerite Duras – L’amant de la Chine du nord (éditions Gallimard)

 » J’ai appris qu’il était mort depuis des années. C’était en mai 90 (…). Je n’avais jamais pensé à sa mort. On m’a dit aussi qu’il était enterré à Sadec, que la maison bleue était toujours là, habitée par sa famille et des enfants. Qu’il avait été aimé à Sadec pour sa bonté, sa simplicité et qu’aussi il était devenu très religieux à la fin de sa vie. J’ai abandonné le travail que j’étais en train de faire. J’ai écrit l’histoire de l’amant de la Chine du Nord et de l’enfant : elle n’était pas encore là dans L’Amant, le temps manquait autour d’eux. J’ai écrit ce livre dans le bonheur fou de l’écrire. Je suis restée un an dans ce roman, enfermée dans cette année-là de l’amour entre le Chinois et l’enfant. Je ne suis pas allée au-delà du départ du paquebot de ligne, c’est-à-dire le départ de l’enfant.  » M.D


George Sand - La Petite Fadette (éditions Folio classique)George Sand – La Petite Fadette (éditions Folio)

Dans le pays, on l’appelait la petite Fadette, car elle avait la taille d’un farfadet et les pouvoirs d’une fée. Comme sa grand-mère, elle guérissait les hommes et les animaux. Landry, l’un des jumeaux de la ferme voisine, tombe amoureux d’elle. Mais l’amour d’une sorcière est mal vu dans cette famille, et il rend malade de jalousie Sylvinet, l’autre « besson. »
Après La mare au diable, et François le Champi, c’est le troisième roman champêtre de George Sand. Elle y exprime tout ce que la vie lui a appris. L’apparence des êtres ne compte pas, il faut percer l’écorce. La richesse des filles ne fait pas leur bonheur et l’amour est difficile à construire. Son désir inassouvi est là, aussi, d’un amour qui durerait toujours.
La petite Fadette illustre le grand dessein de George Sand : enseigner le respect de Dieu, de la nature, de la sagesse, de l’amour.


L'amour aux temps du choléra Gabriel Garcia Marquez éditions GrassetGabriel Garcia Marquez – L’Amour aux temps du choléra (éditions Grasset)

À la fin du XIXᵉ siècle, dans une petite ville des Caraïbes, un jeune télégraphiste pauvre et une ravissante écolière jurent de se marier et de vivre un amour éternel. Durant trois ans ils vivent l’un pour l’autre, mais Fermina épouse Juvénal Urbino, un brillant médecin.
Alors Florentino, l’amoureux trahi, se mue en séducteur impénitent et s’efforce de se faire un nom et une fortune pour mériter celle qu’il ne cessera d’aimer, en secret, cinquante années durant.
L’auteur de Cent ans de solitude et de Chronique d’une mort annoncée, prix Nobel 1982, donne libre cours à son génie de conteur, à la richesse de son imagination et à l’enchantement baroque de son écriture.


Mathias Enard - Boussole (éditions Babel)Mathias Enard – Boussole (éditions Actes Sud)

La nuit descend sur Vienne et sur l’appartement où Franz Ritter, musicologue épris d’Orient, cherche en vain le sommeil, dérivant entre songes et souvenirs, mélancolie et fièvre, revisitant sa vie, ses emballements, ses rencontres et ses nombreux séjours loin de l’Autriche – Istanbul, Alep, Damas, Palmyre, Téhéran… -, mais aussi questionnant son amour impossible avec l’idéale et insaisissable Sarah, spécialiste de l’attraction fatale de ce Grand Est sur les aventuriers, les savants, les artistes, les voyageurs occidentaux.
Ainsi se déploie un monde d’explorateurs des arts et de leur histoire, orientalistes modernes animés d’un désir pur de mélanges et de découvertes que l’actualité contemporaine vient gifler. Et le tragique écho de ce fiévreux élan brisé résonne dans l’âme blessée des personnages comme il traverse le livre.
Roman nocturne, enveloppant et musical, tout en érudition généreuse et humour doux-amer, « Boussole » est un voyage et une déclaration d’admiration, une quête de l’autre en soi et une main tendue – comme un pont jeté entre l’Occident et l’Orient, entre hier et demain, bâti sur l’inventaire amoureux de siècles de fascination, d’influences et de traces sensibles et tenaces, pour tenter d’apaiser les feux du présent.


Daniel Pennac - Monsieur Malaussène (éditions Gallimard)Daniel Pennac – Monsieur Malaussène (éditions Gallimard)

Et si pour une fois, la tribu Malaussène s’agrandissait par le fils, et non par la mère ? Et si Malaussène, rescapé, recousu, réanimé d’un précédent épisode (La Petite Marchande de prose) décidait de sauter le pas avec sa Julie d’amour, revenue elle aussi d’encore plus loin (La Fée carabine) ? C’est vrai que d’habitude, dans la tribu, on fête une naissance à chaque fois que la mère est amoureuse : elle part vivre son amour loin des yeux mais jamais loin du cœur, et puis elle « réapparaît », enceinte, pour repartir sitôt le petit nouveau bien arrivé. Mais cette fois, elle est revenue toute seule, désemparée et muette. Alors, c’est au tour de Ben de prendre la relève. Sauf qu’évidemment, à Belleville, ça ne peut pas se passer aussi simplement : sinon on ne serait pas chez les Malaussène… Pour la quatrième fois, Pennac nous fait la grâce de redonner vie à son héros, et comme les enfants quand Ben leur raconte des histoires, on se surprend presque à crier « la suite, la suite !  » –Karla Manuele


Annie Ernaux - Les armoires vides (éditions Folio)Annie Ernaux – Les armoires vides (éditions Folio)

« Ça suffit d’être une vicieuse, une cachottière, une fille poisseuse et lourde vis-à-vis des copines de classe, légères, libres, pures de leur existence… Fallait encore que je me mette à mépriser mes parents. Tous les péchés, tous les vices. Personne ne pense mal de son père ou de sa mère. Il n’y a que moi. »
Un roman âpre, pulpeux, celui d’une déchirure sociale, par l’auteur de La place.


J.D. Salinger - Nouvelles (éditions Pocket)J.D. Salinger – Nouvelles (éditions Pocket)

 » Il y avait à l’hôtel quatre-vingt-dix-sept publicistes de New York. Comme ils monopolisaient les lignes interurbaines, la jeune femme du 507 dut patienter de midi à deux heures et demie pour avoir sa communication. Elle ne resta pas pour autant à ne rien faire. Elle lut un article d’une revue féminine de poche intitulée « Le sexe, c’est le paradis ou l’enfer ». Elle lava son peigne et sa brosse. Elle enleva une tache sur la jupe de son tailleur beige. Elle déplaça le bouton de sa blouse de chez Saks. Elle fit disparaître deux poils qui venaient de repousser sur son grain de beauté. Lorsque enfin le standard l’appela, elle était assise sur le rebord de la fenêtre et finissait de vernir les ongles de sa main gauche. »


Vercors - Le silence de la mer (éditions Livre de poche)Vercors – Le silence de la mer (éditions Livre de poche)

Sous l’Occupation, une famille française est contrainte de loger Werner von Ebrennac, un officier allemand : c’est un homme de grande culture, souriant, sensible et droit.

Pourtant, soir après soir, le nouveau maître du pays ne trouvera que le silence obstiné de ses hôtes, un silence au creux duquel apparaît toute « la vie sous-marine des sentiments cachés, des désirs et des pensées qui luttent ».

Le Silence de la mer, devenu un classique traduit dans le monde entier, loué, étudié, adapté au cinéma, est le premier grand livre de la Résistance où Jean Bruller, alias Vercors, a su dépeindre l’amertume et le désespoir de ces années de « catacombes », tout en catalysant avec force les vertus d’un humanisme conscient de ses devoirs.


Laurent Gaudé - Cri (éditions Babel)Laurent Gaudé – Cri (éditions Actes Sud)

Ils se nomment Marius, Boris, Ripoll, Rénier, Barboni ou M’Bossolo. Dans les tranchées où ils se terrent, dans les boyaux d’où ils s’élancent selon le flux et le reflux des assauts, ils partagent l’insoutenable fraternité de la guerre de 1914.
Loin devant eux, un gazé agonise. Plus loin encore, retentit l’horrible cri de ce soldat fou qu’ils imaginent perdu entre les deux lignes du front,  » l’homme-cochon « .

A l’arrière, Jules, le permissionnaire, s’éloigne vers la vie normale, mais les voix de ses compagnons d’armes le poursuivent avec acharnement.

Elles s’élèvent comme un chant, comme un mémorial de douleur et de tragique solidarité. Dans ce texte incantatoire, l’auteur de La Mort du roi Tsongor (prix Goncourt des lycéens 2002, prix des Libraires 2003) et du Soleil des Scorta (prix Goncourt 2004) nous plonge dans l’immédiate instantanéité des combats, avec une densité sonore et une véracité saisissantes.


Marguerite Duras - Un barrage contre le Pacifique (éditions Folio)Marguerite Duras – Un barrage contre le Pacifique (éditions Folio)

D’une facture romanesque relativement classique, l’ancrage des personnages de ce roman dans le réel préfigure cependant cette « écriture de l’indicible » qui marquera plus tard la singularité de l’écrivain.
« Un barrage contre le Pacifique » inaugure une série de romans d’inspiration autobiographique ayant pour cadre le Vietnam. Le récit s’articule autour du personnage de la mère, une femme qui, dans sa lutte contre la misère, brave à s’en rendre folle les obstacles infranchissables qui se présentent à elle.
À l’image du titre, les ambitions, aussi nobles soient-elles, ne peuvent être que démesurées et toute tentative s’avère inéluctablement vouée à l’échec. Lorsque tout finit par être rongé, sali, violé, c’est aller au-delà de la souffrance, au-delà du pathétique. Car la douleur est sans fond, la perte est définitive, aucune trace de compassion dans ce roman de l’irrémédiable.
Une œuvre qui n’émeut pas mais qui bouleverse, parce qu’elle exprime le réel à l’état brut dans la trivialité de la concupiscence, dans la perte de toute émotion, dans l’acharnement à vouloir survivre malgré les autres. – Lenaïc Gravis et Jocelyn Blériot


Nina Bouraoui - L'âge blessé (éditions Livre de poche)Nina Bouraoui – L’âge blessé (éditions Livre de poche)

Deux voix se répondent.
Une femme et un enfant. Deux voix vont de la terre vers le ciel, de la peur vers la douceur, d’une forêt dense et serrée vers une nature immense et généreuse. L’Age blessé réunit le début et la fin de la vie. C’est un chant qui rapporte le merveilleux de l’enfance. C’est un conte mystérieux. C’est une quête de Dieu. A travers ces deux personnages, projections de la mémoire et de l’affectivité, Nina Bouraoui poursuit et serre au plus près l’ambition qui donnait déjà sa force au Bal des murènes : donner corps, à travers les mots, par le charme d’une écriture tendue, exigeante, proche du poème, aux palpitations les plus élémentaires – désir, peur, répulsion – de l’être cloîtré en lui-même, entre la souffrance primordiale et la recherche de la grâce.


Tracy Chevalier - La Dame à la Licorne (éditions La Table Ronde)Tracy Chevalier – La Dame à la Licorne (éditions La Table Ronde)

Désireux d’orner les murs de sa nouvelle demeure parisienne, le noble Jean Le Viste commande une série de six tapisseries à Nicolas des Innocents, miniaturiste renommé à la cour du roi de France, Charles VIII. Le commanditaire est riche, il rêve de grandes scènes de chasse et de batailles. Surpris d’avoir été choisi pour un travail si éloigné de sa spécialité, l’artiste accepte après avoir entrevu la fille de Jean Le Noble dont il s’éprend. Elle deviendra l’inspiratrice et le modèle des tapisseries.
Cette passion entraînera Nicolas dans le labyrinthe de relations délicates entre maris et femmes, parents et enfants, amants et servantes.
A Bruxelles, le lissier Georges de La Chapelle est confronté au plus grand défi de sa carrière. Jamais il n’a accepté un travail aussi ambitieux dans des délais aussi brefs. Mais les commandes sont rares et le marchand est puissant. Toute la vie de son atelier et de sa famille en sera bouleversée.
En élucidant le mystère d’un chef-d’oeuvre magique, Tracy Chevalier ressuscite un univers de passion et de désirs dans une France où le Moyen Age s’apprête à épouser la Renaissance.


Marguerite Yourcenar – L’Œuvre au Noir (éditions Folio)

En créant le personnage de Zénon, alchimiste et médecin du XVIe siècle, Marguerite Yourcenar, l’auteur des Mémoires d’Hadrien, ne raconte pas seulement le destin tragique d’un homme extraordinaire. C’est toute une époque qui revit dans son infinie richesse, comme aussi dans son âcre et brutale réalité ; un monde contraste où s’affrontent le Moyen Age et la Renaissance, et où pointent déjà les temps modernes, monde dont Zénon est issu, mais dont peu à peu cet homme libre se dégage, et qui pour cette raison finira par le broyer.

 

Nos étoiles contraires de John Green

Nos étoiles contraires de John Green

On ne présente plus Nos étoiles contraires (ici aux éditions France Loisirs) ou son auteur John Green, élevés au rang d’incontournables. Sortie en 2012 il trouve de nombreux fans et bien plus encore deux ans plus tard lors de son adaptation cinématographique. Alors que je ne lis que peu de romans Young Adult, j’avais trouvé celui-ci en brocante et m’était dit « pourquoi pas » ? Je ne regrette absolument pas !

Quand Augustus rencontre Hazel…

Deux personnes qui se rencontrent, un échange de regard, le coup de foudre, l’attirance… sont autant d’incontournables du roman d’amour. Ici, on n’y échappe pas, à quelques détails près…

Hazel a 16 ans, est atteinte d’un cancer et traîne derrière elle une bonbonne de gaz censée l’aider à respirer. Augustus est lui en rémission mais a été amputé d’une jambe et se déplace en béquilles. Les deux adolescents se rencontrent pour la première fois à une réunion d’un groupe de soutien pour jeunes malades et sont tout de suite captivés par l’autre…

Seulement voilà, Hazel a la certitude de faire souffrir inévitablement ses parents à cause de sa maladie. Sa mère a même démissionné de son travail pour s’occuper de sa fille à plein temps. Elle pense gâcher leur vie et se décrit comme une « grenade dégoupillée », prête à exploser à tout moment et détruire la vie de son entourage. Il lui est donc impossible d’envisager une relation amoureuse avec le jeune homme pour lequel elle ressent néanmoins une forte attraction.

Voyage à Amsterdam

La maladie, l’humour, le cynisme, la personnalité… Tout tend à rapprocher nos deux ados qui semblent partager beaucoup de goûts en commun. La littérature n’est pas en reste et en particulier le roman Une impériale affliction de Peter Van Houten.

Véritable livre de chevet pour Hazel, elle transmet sa passion à Augustus. Ils se reconnaissent dans ce roman qui dépeint la maladie de manière juste sans jamais tomber dans le pathos. Cependant, le livre n’est pas tout à fait inachevé selon la jeune fille qui rêve d’obtenir des informations sur ses personnages favoris mais ses mails à destination de l’auteur sont jusqu’ici restés sans réponse…

Malgré la faible santé d’Hazel, Augustus décide de réaliser ce rêve. Aidé par la célèbre association Make a Wish qui exauce le vœu d’enfants gravement malades, ils entreprennent le voyage jusqu’à Amsterdam pour rencontrer l’auteur Peter Van Houten.

Nos étoiles contraires : du roman au film à succès

film nos étoiles contraires shailene woodley ansel elgort laura dern john green

C’est avec l’adaptation cinématographique que j’ai découvert Nos étoiles contraires. J’avais donc peur que cela me gâche le plaisir de la lecture mais il n’en est rien. Si l’adaptation est plutôt fidèle, elle tend tout de même beaucoup plus vers le pathos et c’est dommage. En refermant le livre j’avais certes la gorge serrée mais également un sentiment heureux teinté d’espoir.

Bref, si vous ne connaissez ni le livre ni le film je vous conseille de découvrir l’histoire avec la version papier dans un premier temps.


Un roman Young Adult sympathique qui se lit rapidement et qui s’éloigne des clichés et du pathos malgré un sujet lourd à traîter. L’attrait principal du livre est la personnalité forte, mature et quelque fois cynique de l’héroïne. Pleine de convictions, elle est également végétarienne et cela fait du bien d’avoir enfin la représentation d’un personnage végétarien et cool dans la littérature ! Un livre sincère et juste sur des adolescents condamnés à grandir trop vite…

Butin livresque en brocante de Juin 2016

Butin livresque en brocante de Juin 2016

Tradition dominicale oblige, je suis retournée écumer les stands de deux brocantes Seine-et-Marnaise. Tout comme le mois dernier, je suis repartie les bras chargés de livres et ce pour un prix dérisoire !

Boîte à livres et saison des brocantes

Ce sont donc 16 livres qui viennent s’ajouter à ma PAL, des classiques pour la plupart et quelques contemporains. J’ai également échangé d’anciens livres contre 4 petits nouveaux dans une boîte à livres située au cœur du centre commercial Les Saisons à Meaux.

boite à livres centre commercial les saisons de meaux

Les boîtes à livres permettent d’offrir, emprunter et échanger librement les livres que l’on a déjà lu, qu’on ne veut plus et à qui on veut offrir une seconde vie. Je trouve le concept génial et il y en a de plus en plus qui fleurissent dans les espaces publics, je me devais d’y participer ! J’ai donc échangé des livres policiers dont je ne voulais plus contre ces 4 livres :

  • Anna et son orchestre – Joseph Joffo (Livre de poche) : « Histoire d’une petite fille dont le violon, compagnon magique, va sauver la vie, Anna et son orchestre est aussi le récit haletant et multicolore d’une famille en cavale à travers l’Europe orientale… Celle de la Belle Epoque, où les nuits de prince ne s’évanouissent au point du jour que pour renaître inlassablement, soir après soir, dans la fièvre et le tumulte, pour le seul plaisir de la fête. « 
  • Siegfried et le Limousin – Jean Giraudoux (Livre de poche) : « Le roman commence en janvier 1922. Le narrateur apprend qu’un célèbre juriste allemand, Siegfried von Kleist, est en réalité l’un de ses amis, l’écrivain Forestier. Pendant la guerre, une blessure a rendu Forestier amnésique. Forestier a été recueilli et a poursuivi sa vie sous un nom tout différent. « 
  • Le café à l’eau – Françoise Hamel (Editions Grasset) : « Quelque part, entre l’arsenal et les casernes, à Cherbourg, vit une famille burlesque, terrorisée par son chef, le père, dit Le Héros, spahi en demi-solde, dont la seule distraction consiste à tyranniser les siens : la Boyesse, sa femme esclave et, numérotés par rang d’âge, leurs trois enfants, le 14, la 15 et la 16. D’interdits en punitions, de brimades en bizarreries, le Héros fait régner l’ordre dans le gourbi familial, dérisoire caserne en réduction où sévit un couvre-feu permanent. Le café à l’eau y est le seul plaisir toléré. « 
  • La nouvelle arche de Noé – André Demaison (Hachette)

IMG_20160619_123640-2

Et voici pour ce qui est des trouvailles en brocante :

  • Un recueil de nouvelles de Maupassant (GF Flammarion)
  • Un recueil de nouvelles de Mérimée (Folio Editions)
  • Un recueil de nouvelles de Dino Buzzati (Livre de poche)
  • Contes et légendes du Moyen Âge français (Pocket Junior)
  • Germinal – Emile Zola (Livre de poche)
  • La maison de Bernarda Alba suivi de Noces de sang – Federico Garcia Lorca (Folio Editions)
  • Le goût des pépins de pomme – Katharina Hagena (Livre de poche) : « A la mort de Bertha, ses trois filles, Inga, Harriet et Christa, et sa petite-fille, Iris, la narratrice, se retrouvent dans leur maison de famille, à Bootshaven, dans le nord de l’Allemagne, pour la lecture du testament. A sa grande surprise, Iris hérite de la maison et doit décider en quelques jours de ce qu’elle va en faire. Bibliothécaire à Fribourg, elle n’envisage pas, dans un premier temps, de la conserver. Mais, à mesure qu’elle redécouvre chaque pièce, chaque parcelle du merveilleux jardin qui l’entoure, ses souvenirs se réveillent, reconstituant l’histoire émouvante, parfois rocambolesque, mais essentiellement tragique, de trois générations de femmes.« 
  • Journal d’un curé de campagne – Georges Bernanos (Livre de poche) : « Le roman décrit l’existence discrète d’un jeune prêtre catholique dans la petite paroisse artésienne d’Ambricourt dans le nord de la France. Il est marqué par ses douleurs à l’estomac et son désespoir devant le manque de foi dans la population du village. Il se sait faible, inférieur, et se pense parfois touché par la folie, mais croit vivement que la grâce de Dieu passe par son sacerdoce: « Tout est grâce ! ».« 
  • Vipère au poing – Hervé Bazin (Livre de poche) : « Le livre décrit l’enfance et l’adolescence du narrateur, Jean Rezeau, dit Brasse-Bouillon. Ce dernier décrit ses rapports avec sa famille, et notamment sa mère Paule Pluvignec, dite Folcoche, une véritable marâtre. Ce roman est un huis clos entre la mère indigne, les trois enfants martyrisés, le père démissionnaire et un précepteur changeant.« 
  • Le parfum – Patrick Süskind (Livre de poche) : « Le roman raconte la vie de Jean-Baptiste Grenouille qui est décrit comme : « [un des] personnages les plus géniaux et les plus abominables de cette époque », un être dont le « génie et [l’]unique ambition se bornèrent à un domaine qui ne laisse point de traces dans l’histoire : au royaume évanescent des odeurs ». Il possède ainsi un odorat extrêmement développé, mais n’a lui-même aucune odeur. Dénué de toute notion de bien et de mal, il ne vit que pour sa quête de créer le parfum parfait.« 
  • Si c’est un homme – Primo Levi (Pocket Editions) : « Primo Levi avait été chargé en 1945, avec un autre déporté, de rédiger un « rapport technique » sur le fonctionnement du camp d’extermination d’Auschwitz pour les Alliés. Ce travail, ainsi que des brouillons rédigés à l’intérieur du camp, lui servira de base pour la rédaction de Si c’est un homme.« 
  • Manon Lescaut – Abbé Prévost (Livre de poche) : « A peine le chevalier des Grieux aperçoit-il Manon qu’il est subjugué. Mais la belle est badine et légère. Sincèrement éprise de des Grieux, elle aime aussi le luxe. Pour satisfaire ce goût, elle n’hésite pas à vendre ses charmes et à commettre les pires fautes qui soient aux yeux de la morale et de la religion. De vols en crimes, la jeune femme entraîne le chevalier dans ses désordres et dans sa perte. Explorant les méandres du coeur humain, l’abbé Prévost a réussi à faire d’une fille de peu de vertu et de son amant aliéné par la passion un véritable mythe de l’amour.« 
  • Thérèse Desqueyroux – François Mauriac (Livre de poche) : « Pour éviter le scandale et protéger les intérêts de leur fille, Bernard Desqueyroux, que sa femme Thérèse a tenté d’empoisonner, dépose de telle sorte qu’elle bénéficie d’un non-lieu.
    Enfermée dans sa chambre, Thérèse tombe dans une prostration si complète que son mari, effrayé, ne sait plus quelle décision prendre. Doit-il lui rendre sa liberté ?« 
  • Confessions d’un enfant de choeur – Jean L’hôte (J’ai Lu) : « Le fils du maître d’école de La communale a grandi. Après tant de leçons particulières, il ne pourra qu’être reçu premier au certificat d’études primaires. Mais l’examen n’aura pas lieu : la guerre vient d’être déclarée. Tandis que le père guette en vain des communiqués de victoire à la radio, le jeune garçon reçoit la visite d’un ange de l’Annonciation… sous les traits de la fille d’un commandant de blindés. Ebloui, oubliant les traditions laïques de la famille, il s’engage alors en cachette dans le corps d’élite des enfants de chœur de la paroisse. Là, avec l’aide de Dieu et de ses camarades de la communale, il connaîtra enfin l’amour mystique, cet état délicieux qui fait voir des petites filles dans le jardin potager du paradis.« 
  • J’irai cracher sur vos tombes – Boris Vian (Editions 10|18) : « L’histoire, comme les autres histoires de Vian écrites sous le pseudonyme de Sullivan, se déroule dans le Sud des États-Unis. Elle met en scène la vengeance d’un métis à la suite du lynchage de son frère, pour dénoncer le racisme dont sont victimes les Noirs américains dans leur vie quotidienne face aux Blancs.« 
  • Un sac de billes – Joseph Joffo (Livre de poche) : « L’histoire se passe entre 1941 et 1944, où deux jeunes frères juifs doivent fuir à travers la France qui est alors occupée par l’armée allemande.« 

Avez-vous lu certaines de ces œuvres ?

Quelles sont vos trouvailles livresques de la semaine ?

Butin livresque en brocante de mai 2016

Butin livresque en brocante de mai 2016

Les brocantes auront eu de nouveau raison de moi. Déjà le mois dernier, je vous faisais déjà découvrir mes toutes nouvelles acquisitions.

C’est de nouveau en Seine-et-Marne que je me suis rendue avec l’espoir de trouver quelques perles manquantes à ma bibliothèque. Je suis cette fois repartie avec 10 livres pour 8 euros. Bilan un peu en dessous par rapport au dernier bookhaul mais ravie tout de même !

Sans plus attendre, voici mes trouvailles livresques pour ce mois de mai :

 

onze minutes, les contes du chat perché, dracula, la mort du petit cheval, quatre vingt-treize, l'âne culotte, le pavillon des cancéreux, métaphysique des tubes pour ce butin livresque

 

  • Onze minutes – Paulo Coelho (Livre de poche) : « Toute jeune Brésilienne du Nordeste, Maria n’aspire qu’à l’Aventure, au grand Amour. Au cours d’une semaine de vacances à Rio de Janeiro, sur la plage de Copacabana, un Suisse lui propose de devenir danseuse de cabaret à Genève. Elle voit là le début d’un conte de fées… Mais la réalité sera bien différente. Maria en vient à se prostituer – sans honte, puisqu’elle apprend à son âme à ne pas se plaindre de ce que fait son corps, et qu’elle s’interdit de tomber amoureuse. Après tout, la prostitution est un métier comme un autre, avec ses règles, ses horaires et ses jours de repos. Mais le sexe – comme l’amour – reste pour elle une énigme. Pour découvrir le sens sacré de la sexualité, Maria devra trouver le chemin de la réconciliation avec elle-même. »

 

  • Dracula – Bram Stoker (Pocket) : « Comment Vlad III, prince de Valachie, dont le goût immodéré pour le supplice du pal lui avait valu le sobriquet de « Tepes » (l’empaleur), est-il devenu, sous la plume de Bram Stoker, le comte Dracula ? Comment une seigneur de la guerre mort au combat ,en 1476, contre les Turs est-il devenu un « non-vivant », se nourrissant du sang de ses victimes ? Comment, enfin, le folklore du vampire s’est-il nourri des chroniques historiques ? Mystérieuse alchimie qui fut l’universel succès de Stoker. Par lui, la légende, reprise à la scène et, surtout, à l’écran, est devenue mythe et a donné naissance à la saga du Prince des ténèbres. »

 

  • Métaphysique des tubes – Amélie Nothomb (Livre de poche) : « Parce qu’elle ne bouge pas et ne pleure pas, se bornant à quelques fonctions essentielles – déglutition, digestion, excrétion -, ses parents l’ont surnommée la Plante. L’intéressée se considère plutôt, à ce stade, comme un tube. Mais ce tube, c’est Dieu. Le lecteur comprendra vite pourquoi, et apprendra aussi que la vie de Dieu n’est pas éternelle, même au pays du Soleil levant… Avec cette « autobiographie de zéro à trois ans », la romancière de Stupeur et tremblements, Grand Prix du roman de l’Académie française en 1999, nous révèle des aspects ignorées de sa personnalité et de la vie en général, tout en se montrant plus incisive, plus lucide et plus drôle que jamais. »

 

  • Le pavillon des cancéreux – Soljenitsyne (Livre de poche)
  • La mort du petit cheval – Hervé Bazin (Livre de poche)
  • L’âne Culotte – Henri Bosco (Folio Junior)
  • Quatre-vingt treize – Victor Hugo (Gründ)
  • Les contes du chat perché – Marcel Aymé (Folio)

 

Zola et ses Rougon-Macquart dans une très belle édition France Loisirs :

 

les rougon-macquart, la curée, le ventre de Paris, la conquête de Plassans pour ce butin livresque

 

 

Avez-vous lu certaines de ces œuvres ?

Quelles sont vos trouvailles livresques de la semaine ?

17 livres pour 5 euros, vivent les brocantes

17 livres pour 5 euros, vivent les brocantes

Je me suis rendue ce dimanche en brocante avec mes parents dans ma Seine-et-Marne natale afin d’y dénicher des livres à petits prix. Malgré ma résolution « zéro achat » il est toujours difficile de résister à l’appel livresque…

C’était une réussite puisque je suis repartie avec dix-sept livres pour le prix de cinq euros seulement.

Trève de bavardage, laissez moi plutôt vous montrer le cru d’avril 2016 :

tristan et Iseult, Un été dans l'Ouest, La mort à Venise, Le Château de ma Mère, La Gloire de mon Père, Le Temps des secrets pour cette brocante


les noces barbares, l'adieu aux armes, les enfants terribles, l'illusion comique, le silence des agneaux, la vérité sur l'affaire henry quebert pour cette brocante

  • Les noces barbares – Yann Queffélec (Folio)
  • L’adieu aux armes – Hemingway (Folio)
  • Les enfants terribles – Jean Cocteau (Livre de poche)
  • L’illusion comique – Corneille (Larousse)
  • Le silence des agneaux – Thomas Harris (Pocket)
  • La vérité sur l’affaire Henry Quebert – Joël Dicker (De Fallois)

l’œil du loup, l'île au trésor, madame bovary, la planète des singes pour cette brocante

 

Avez-vous lu certaines de ces œuvres ? Aimez-vous dénicher de vieux livres en brochante (ou autres) ?