Le ventre de Paris d’Emile Zola

Le ventre de Paris d’Emile Zola

Le ventre de Paris est le troisième tome apparaissant dans l’ordre chronologique des Rougon-Macquart, juste après La Curée. L’action se déroule aux Halles centrales de Paris qui viennent d’être construites et sont alors le lieu d’un énorme marché à ciel ouvert.

Les Halles ou Le ventre de Paris

Florent arrive au petit matin de l’année 1858 sous un Paris battu par la pluie. Il est affamé, décharné et ne reconnaît rien de la ville où il a naguère vécu. Et pour cause ! Entre temps, les Halles ont été construites…

Véritable organe vivant, les Halles sont personnifiées, suintantes. Elles mâchent, avalent, digèrent, recrachent toute une population sans discontinuer et cela, dès le lever du soleil. Sa place grouille de monde qui se bouscule, de cris qui invitent à l’achat, d’aliments entreposés tant bien que mal. Car à l’époque – et bien loin de ce qu’on connaît aujourd’hui – les Halles sont un immense marché où la nourriture abonde. C’est ici que viennent se fournir les parisiens, que les marchands de la ville et des campagnes avoisinantes viennent vendre leurs produits.

Les Halles-Léon Augustin Lhermitte
Les Halles par Léon Augustin Lhermitte (1895)

Quasiment sans famille, Florent tombe par hasard sur son frère et la femme de celui-ci qui tiennent une charcuterie non loin de là. Ces derniers l’accueillent et lui offrent gîte et couvert. Florent ne cache pas son passé à ses proches : emprisonné à tort suite à un coup d’Etat, il est déporté dans un bagne de Guyane. Même s’il a réussit à s’enfuir et à rejoindre la capitale, son physique rappelle des souvenirs à certains et il ne fait pas bon être un bagnard échappé (RIP Jean Valjean). Un mensonge est donc inventé, Florent sera désormais un cousin éloigné de sa belle-sœur…

Les gras et les maigres, l’Empire et la Révolution

Le contraste entre la famille Quenu et Florent est saisissant.  Les charcutiers aiment l’Empire, ont un commerce florissant et prospère qu’ils ne veulent perdre pour rien au monde quand Florent rêve de Révolution et de redistribution des richesses… Les Quenu sont de bons vivants gras et roses à l’image des viandes disséminées sur leur comptoir quand Florent lui est un utopiste maigre et discret.

L’apothéose de ce décalage constant s’illustre parfaitement dans la scène de la confection du boudin. Alors que Florent raconte le traumatisme de son évasion, les Quenu préparent leur boudin noir. Ils l’écoutent à peine alors que le jeune homme raconte ses pires souvenirs et errances et un parallèle troublant est fait autour des bêtes qu’on égorge pour en récolter le sang encore chaud.

Cette maigrophobie est aussi ce qui va conduire Florent à sa perte. Pour les parisiens bien en chair, le physique de cet homme est un mystère… Pourquoi quelqu’un qui n’aurait rien à se reprocher reste-t-il aussi maigre malgré toute cette bonne nourriture ingurgitée ? Que fait-il tous les soirs dans la boutique de Monsieur Lebigre connue pour ses réunions révolutionnaires ? Dans un Paris où tout le monde se connaît, Florent est épié, jaugé… Comme souvent avec Zola, on sent venir la fin dramatique pour notre héros mais la question est de savoir qui va le dénoncer ? Au fil des pages, les possibilités augmentent. Tout le monde devient un possible délateur.


Un roman passionnant (autant historiquement que sociologiquement) et dur où les personnages gravitent autour des Halles et de sa nourriture en abondance qui est ici un symbole fort. Nous retrouvons dans Le Ventre de Paris les thèmes de prédilection d’Emile Zola avec cette nouvelle construction apparentée à une sorte de monstre, un héros en marge qui « a eu faim toute sa vie » et qui rompt la tranquillité des petits bourgeois, ces « honnêtes gens ».


 

Partage : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

2 réactions au sujet de « Le ventre de Paris d’Emile Zola »

  1. J’adore ce roman de Zola, c’est l’un de mes préférés. Je le trouve sublime dans ses descriptions et les portraits psychologiques qui nous sont brossés sont d’une finesse… !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *